Le journal des derniers sons (vidéo en cours)

(En cours) - Installation vidéo


Dans ce projet de fiction, le temps de l’écriture est comparé à une ville arrêtée dans la blancheur.

À travers ce récit, l’effacement potentiel du sujet est mis en relation avec celui de cette ville qui est racontée par l'entremise des éléments de sa grammaire : rues, automobiles, bâtiments, autoroutes.

Un temps de l’absence tente d’être investi et une autre perception du monde est recherchée en tant que pistes de sorties de ce temps de crise.




Extraits