Antichambre - Livre d'artiste

2017 - livre d'artiste, 35 pages


Une présence habite l’antichambre et contemple une série de fins potentielles. Ce projet regroupe l’écriture d’une série d’aphorismes juxtaposées à des photographies de cet espace.



Contenu


First slide

Je consulte plusieurs ouvrages qui traitent de l’échec ou qui relatent un récit

apocalyptique. Je lis seulement le dernier chapitre de chacun d’entre eux.

Cela me donne l’impression d’épuiser le sujet.



First slide

Je me prépare pour la fin du monde; j’entasse les vivres pour passer de l’autre côté.

Celui des survivants. Une approche alternative consisterait à ouvrir une fenêtre et me

pencher la tête dans l’embrasure, le corps figé dans l’entre-deux.

J’envisage de produire cette action devant témoins.



First slide

Dans mes rêves, j’ai le fantasme de pouvoir passer à travers les choses. Si toute

matière est composée en majorité de mouvements d’atomes, j’imagine qu’il existe un

moyen improbable de faire coïncider les espaces entre les corps et les objets.

Il s’agirait de trouver l’interstice.



First slide

J’évoque mentalement les contours d’un abri nucléaire. Je pense à une série de mots :

arpenter, encercler, délimiter, bâtir, habiter.

Je songe à un moment d’absence.



First slide

Chez moi, je gratte le mur et remarque de quelle couleur cette pièce a déjà été peinte :

« bleu céruléen ».

Je regarde mon appartement tel qu’il était dans cet habit différent. Je commence à

me prendre pour un autre. Archéologie.



First slide

Assis sur le côté du lit, dans la région illuminée par la fenêtre, j’inspecte mes rebords

de manche qui s’usent. Je contemple les possibilités pratiques d’une garde-robe

entièrement ignifuge



First slide

Parfois, l’après-midi je sors de chez moi. Je parcours à pied une série de zones

ombragées. Je n’arrête pas avant d’avoir trouvé l’endroit qui me semble le moins

lumineux.

Je cherche un repli où me dissimuler dans cet espace.



First slide

Je téléverse ma photo dans le nuage. Séparée de mon corps et démultipliée, cette

image ne peut être perdue.

Cette perspective me donne un sentiment d’ubiquité.



First slide

 



First slide

Je regarde le ciel à travers la fenêtre. Je me rappelle que certains ont eu comme

projet fictif d’emmurer le soleil dans une boite géante.



First slide

Au quotidien, je conserve une juste distance par rapport aux choses,

en me surveillant moi-même.



First slide

 



First slide

J’imagine une photographie argentique que l’on aurait oublié d’immerger dans le

fixateur. Exposée à la lumière, cette épreuve finirait par s’obscurcir instantanément.

Je rêve à cet objet qui absorbe la clarté. Je conçois un trou noir à petite échelle.



First slide

À temps perdu, je dresse une liste d’objets et matériaux ordonnés selon leur facilité

d’être sectionnés à main nue.

N. B. Les éléments impossibles à nommer sont exclus.



First slide

J’examine les matériaux qui constituent mon bureau de travail : mélamine, panneau

de particule, pieds métalliques. Je constate que des vis en acier relient les parties

principales de cette structure. Elles évitent que les morceaux ne s’entassent contre le

sol, dans un pêle-mêle indéchiffrable.



First slide

 



First slide

De ma fenêtre, je trace les contours d’un phénomène de la vision, la nuit, sans

jumelles. Je dresse l’inventaire approximatif de ces formes décomposées.